Vous êtes ici : Accueil Docs médiathèque Artistes d'ici et d'ailleurs Joëlle MOUSQUES, l'art pluriel, peinture et poésie La poésie de Joëlle Mousquès

Accueil Mairie

Mairie - 4 place Jeanne d'Arc

68640 WALDIGHOFFEN

Tel : 03 89 25 80 26 - Fax : 03 89 07 71 26

Horaires d'ouverture de l'accueil

Lundi - Mardi - Jeudi - Vendredi

de 10h00 à 12h00 et de 14h00 à 18h00

Mercredi

de 10h00 à 12h00

Contacter la Mairie par courriel

Adresses et téléphones indispensables

« Janvier 2021 »
Janvier
LuMaMeJeVeSaDi
123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Votre météo
La newsletter de la Médiathèque
Abonnez-vous à la newsletter de la Médiathèque et restez informé de son activité.

 


 

Espace de discussion

Actions sur le document

La poésie de Joëlle Mousquès

L'artiste a plusieurs cordes à son arc. Sa poésie, présentée dans des recueils aux noms évocateurs, est empreinte de sensibilité, mais aussi de légèreté et de gaité. Pour tout voir, cliquez sur le titre !

Entrons sur la pointe des pieds dans le monde poétique de Joëlle Mousquès.

Lisons quelques poèmes et aussi des maximes "Mot à mot ..."

Ecrire ...

Poésie passagère

Le poème ci-contre fait partie du
recueil "Poésie passagère"

J'écris, je ne sais pas toujours pourquoi,
Mais j'écris, cela va de soi
J'écris les moments de tendresse
J'écris les moments de détresse
J'écris mes élans d'allégresse
J'écris mes élans de tristesse
J'écris, Dieu merci et par bonheur
J'imprime ici-bas sentiments et humeurs
J'exprime tout ce que je vois,
De l'humour à la curiosité saine,
De joie quelques rengaines,
Du travailleur la peine,
Du mépris et sa haine,
De la peur à l'effroi
Du coeur les grands émois,
Alors j'écris quoi qu'il en soit
Ecrire mais pas n'importe quoi,
Mais écrire en toute bonne foi
Ecrire tout à la fois sans loi

Ecrire ...

Moments éphémères ...

Moments éphémères

Le scribouillard Trotard ...

Pitreries poétiquesPitreries poétiques 

Le poème ci-contre fait partie du
recueil "Pitreries poétiques"

 

Le scribouillard brouillon dans le brouillard
A perdu ses lunettes et son buvard
La vue et le teint brouillé, peu débrouillard
Il perdit aussi son brouillon plus tard.
Sans son brouillon le scribouillard
S’embrouille dans le brouillard
A débrouiller les détails de l’histoire
Qui le menèrent à chercher au hasard
Dans tout ce qui traîne au fond de son tiroir.
Evidemment bredouille et plutôt grognard
Un embrouillamini d’injures il bredouilla
Contre les égarés lunette, brouillon, buvard !
Si encore il état bavard
Il vous conterait jusqu’à fort tard
Comment justement il pluma un canard
Afin de bien aiguiser sa plume pour l’art
D’écrire un brouillon d’histoire
Avec pour auteur le sauvageon scribouillard.
Mais pour parler il est flemmard
Il dilue ses maux et les mots à l’encre noire
Et comme il n’a plus de buvard
Il s’essuie les doigts avec son mouchoir
L’usant aussi à lustrer ses yeux pour y voir,
Le voilà qui renifle et se teint un noir coquart !
Comme il est toujours un peu en retard
Ne lui demandez pas si par hasard
Il n’aurait pas croisé dans la rue un moutard
Ayant trouvé un brouillon dans la brouillard
Cherchant à rendre au sous-signé Scribouillard
Son brouillon, ses lunettes, un buvard,
Trop tard ! 

C'est tout bête ...

Automne C’est tout bête
Sentier neigeux

Les maximes de Joëlle : Mot à Mot... 

Voici des maximes choisies au hasard dans la recueil "Mot à mot":

  • Notre courage se mesure en fonction de nos peurs

 

  • Mot à mot 1 : une maxime

 

  • La lumière donne au monde ses couleurs et l’artiste y puise son inspiration avec bonheur.
  • Mot à mot 2 : une autre maxime de Joëlle

 

  • Pour savoir ce que l’on veut, il vaut mieux bien se connaître.
  • Mot à mot 3 : une autre maxime

 

  • Il nous faut contempler la Création de l’intérieur car nous en faisons partie.

Je vous souhaite, pour l'année qui commence...un bonheur sans fin

Verve automnale 2010Je vous souhaite pour l'année qui commence
Un bonheur qui soit d'abord une semence
Grains chargés de promesses, de réjouissance,
Un bonheur à soi-même cultiver,
Un vœu, un souhait, un projet à réaliser.
A chacun son idée, chacun le sien
Pour qu'au quotidien tout au long de l'année
Sans vouloir tout révolutionner
Patiemment de petits riens au plus grand bien
Nous construisions de nos propres mains
Chapelles, églises, puis cathédrales
D'où s'élève pour chaque soleil l'angélus matinal
Nous rappelant l'heure d'aller à nos champs
Pour y travailler, en prenant tout notre temps,
Nos pousses d'amour et d'amitié, de tendresse,
Echanges de douceur, de bonté et allégresse.
Ne paressons pas, mettons-y tout notre cœur
Il ne faut point stagner dans la morosité
Voyons plutôt des choses le bon côté
Que ce soit - s'il y a à sacrifier nos vies –
Pour l'enrichissement de soi et autrui
Je souhaite pour tous d'abondantes moissons
Des milliers d'épis de satisfactions et de joie
D'ailleurs l'an prochain nous recommencerons
Dans l’enivrant tourbillon des saisons

Car je vous souhaite un bonheur sans fin...

Joëlle (janvier 2011)

 

 

Retour dans l'espace de Joëlle Mousquès