Personal tools
S'inscrire

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation
Vous êtes ici : Accueil Vie cultuelle Actualités Les obsèques du Curé Antoine DITNER, le 5 juin 2013 à Waldighoffen L'homélie des obsèques du curé DITNER par le chanoine Hubert SCHMITT
Accueil Mairie

Mairie - 4 place Jeanne d'Arc

68640 WALDIGHOFFEN

Tel : 03 89 25 80 26 - Fax : 03 89 07 71 26

Horaires d'ouverture de l'accueil

Lundi - Mardi - Jeudi - Vendredi

de 10h00 à 12h00 et de 14h00 à 18h00

Mercredi

de 10h00 à 12h00

Contacter la Mairie par courriel

Adresses et téléphones indispensables

Votre météo



 

Espace de discussion

Actions sur le document

L'homélie des obsèques du curé DITNER par le chanoine Hubert SCHMITT

L'abbé Hubert Schmitt, "fils spirituel" de l'abbé Antoine Ditner, a prononcé l'homélie de ses obsèques le 5 juin 2013. En voici le texte :

Homélie de la célébration de la Pâque de l’abbé Antoine Ditner

« J’ai vu un ciel nouveau et une terre nouvelle… j’ai vu descendre du ciel, d’auprès de Dieu, la cité sainte, la Jérusalem nouvelle… »

« J’ai entendu la voix… elle disait : Voici la demeure de Dieu… »

Le jeune Antoine, dans son enfance et dans sa jeunesse, a su voir et entendre, sur son chemin et dans sa vie, ces signes du Seigneur qui ont éveillé son cœur, qui ont semé dans ce jeune cœur le désir de servir Dieu et son peuple, et lui ont donné la force de répondre à sa vocation pour devenir prêtre.

Notre frère prêtre a su ouvrir nos yeux, pour que nous aussi, nous sachions voir les signes de Dieu dans notre monde. Ces signes du ciel nouveau et de la terre nouvelle, ce sont ces mille gestes de fraternité que nous osons accomplir dans notre vie, pour que nous puissions vivre un chemin de foi authentique où nos gestes et nos paroles ne se contredisent pas, et où l’amour de Dieu et l’amour de nos frères sont liés en un même chemin de vie.

Monsieur le curé Antoine DITNER, prêtre, pasteur au milieu de nous, a donné sa vie pour nous apprendre à entendre la voix de Dieu, non pas une voix venue d’ailleurs, mais cette Parole que nous entendons, de dimanche en dimanche, de jour en jour, qui nourrit notre foi, qui éclaire notre chemin, qui prend racine dans notre vie, qui devient semence de vie éternelle et source d’amour partagé.

Ce prêtre que nous avons bien connu, nous a aidés à ouvrir nos yeux sur cette cité nouvelle : dans les belles années qui ont suivi le riche évènement du Concile Vatican II. Antoine nous a fait goûter ces « temps nouveaux », ce ciel nouveau, cette terre nouvelle de notre Eglise qui venait tracer au cœur du monde le chemin de la proximité de Dieu.

« J’ai vu un ciel nouveau, une terre nouvelle… » Antoine est entré dans une histoire, un mariage qui s’est fait entre la famille Ditner et l’histoire de notre paroisse. Il n’est pas seulement venu poursuivre une dynastie, il est venu inscrire sa marque, à la suite de Grégoire et d’Alphonse, ses oncle et grand-oncle. Une marque qui vient s’inscrire dans l’aujourd’hui de Dieu et dans l’aujourd’hui de notre vie.

Les curés Ditner sont inscrits dans un vitrail de la Mairie : un vitrail ne reflète jamais le soleil du passé, il fait chanter le soleil d’aujourd’hui. Une rue du village porte le nom des curés Ditner : une rue, c’est un lieu de passage et de rencontre pour aujourd’hui.

Aujourd’hui, nous ne sommes pas le peuple du souvenir, nous sommes le peuple de la mémoire. La mémoire habite notre cœur et féconde notre conscience. Cette mémoire fortifie notre foi d’aujourd’hui. Et notre prêtre Antoine nous invite à entrer dans cette belle aventure avec Dieu : « … avec les hommes, il demeurera avec eux, et ils seront son peuple. (…) Je serai son Dieu, et il sera mon fils. »

Voilà le beau message que nous laisse « d’r Herr Abbé ». Laissons résonner en nos cœurs et en nos vies, tout ce que nous avons reçu de lui et qui nous parle si fort de Dieu.

« Maintenant, ô Maître, tu peux laisser ton serviteur s’en aller dans la paix, selon ta parole. Car mes yeux ont vu ton salut que tu as préparé à la face de tous les peuples… »

Au soir de sa vie, notre prêtre Antoine se présente devant le Seigneur, les bras chargés de tant de vécu, de belles rencontres, de chemins croisés, de riches partages. Tant de semences jetées en terre pour faire grandir le Royaume de Dieu au milieu de nous.

Il disait souvent, avec humour, quand on fêtait ses anniversaires et ses différents jubilés, qu’il était heureux d’entendre de son vivant les choses qu’on disait de lui. Aujourd’hui, à la fenêtre de la Maison du Père, il nous entend et nous bénit.

Sa vie de prêtre a commencé, dans cette église, le 4 avril 1948, il y a 65 ans, avec le Père Aloyse, le Père Bernard, et l’abbé Joseph. Et de cette église est parti un message d’Evangile « à la face de tous les peuples », aux quatre coins du monde… et de l’Alsace… à l’Ile de la Réunion, en Afrique… et dans le Sundgau.

Prosternés, la face contre terre, ces quatre jeunes épousaient la terre, pour en entendre l’attente et l’espérance. Prosternés, tournés vers l’autel, ils savaient qu’ils recevaient tout de Dieu, sa confiance et sa tendresse. Aujourd’hui, le corps de notre prêtre repose sur la terre, la face tournée vers le ciel, vers Dieu pour lui présenter sa vie de prêtre, pour lui offrir nos chemins, nos espérances et nos attentes. Il est tourné vers nous pour nous rappeler qu’il demeure notre prêtre, qu’il nous continue de nous parler de Dieu.

C’est sa vie et son ministère qui nous parlent, aujourd’hui, de Dieu. « D’r Herr Abbé » laisse, au milieu de nous, la trace d’un chemin où notre humanité a pu grandir selon le cœur de Dieu.

« Mes yeux ont vu… », oui, il a vu tant de choses changer, il a vu tant d’amis venir le visiter, sans doute souvent les mêmes, il a vu grandir les enfants, il a vu des amis vieillir, s’en aller… Ses yeux ont su s’éclairer de la lumière de l’Amour de Dieu pour regarder avec tendresse nos vies, ses paroissiens, sa famille, ses amis, ses proches.

Il a vu changer le village de Waldighoffen. Il a vu le grand chantier de la rénovation de l’église Sts Pierre et Paul, il s’en réjouissait. Il n’a pas pu voir le travail achevé. Pourtant, c’est lui, Monsieur le curé Antoine DITNER, qui inaugure, aujourd’hui, cette église dans son beau vêtement de fête.

Nous voulons, tous ensemble, rendre grâce au Seigneur pour cette longue vie de prêtre. Nous voulons remercier le Seigneur d’avoir mis sur notre chemin ce prêtre qui nous a tant marqués. Nous savons bien que le Seigneur accueille son prêtre Antoine dans sa joie : « Entre dans la joie de ton Maître ».

Il nous reste, chers amis, à vivre de cette semence de vie enracinée dans le cœur de Dieu qu’est la vie de l’abbé DITNER. Aujourd’hui, il reposera dans la terre de notre village. Aujourd’hui, il entrera dans l’histoire de notre communauté. Aujourd’hui, il restera vivant dans notre cœur.

Aujourd’hui déjà, il est vivant dans le cœur de Dieu. Il reçoit de Dieu la Vie en plénitude. C’est la récompense du serviteur fidèle.