Personal tools
S'inscrire

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation
Vous êtes ici : Accueil Au fil du temps… Histoire et mémoire Articles de René Minéry dans le bulletin municipal Histoire de La Poste de Waldighoffen
Accueil Mairie

Mairie - 4 place Jeanne d'Arc

68640 WALDIGHOFFEN

Tel : 03 89 25 80 26 - Fax : 03 89 07 71 26

Horaires d'ouverture de l'accueil

Lundi - Mardi - Jeudi - Vendredi

de 10h00 à 12h00 et de 14h00 à 18h00

Mercredi

de 10h00 à 12h00

Contacter la Mairie par courriel

Adresses et téléphones indispensables

Votre météo



 

Espace de discussion

Actions sur le document

La Poste de Waldighoffen, une longue histoire

L'histoire du bureau de La Poste de Waldighoffen est intimement rattachée à celle du village. René Minéry nous la raconte.

Le logo de La Poste revu par René Minery

Cliquez sur les photos pour les agrandir

1871-1918

Waldighofen était desservi par la diligence de la Kaiserliche Deutsche Post. Cette dernière s’arrêtait à l’auberge Grosguth-Schielin (actuellement 10, rue de la République) où le « Briefbote » réceptionnait le courrier pour la distribution et où les usagers pouvaient déposer leur courrier.

Une vue de La Poste

Le restaurant Grosguth-Schielin en 1913

Puis la K.D.Postagentur fut installée dans la maison N 149 de la « Bezirkstrasse N 9 » appartenant à Biechelin Aloys, sise entre le restaurant Enderlin et Misslin Blaise. Cette maison légèrement en retrait (de la rue du Maréchal Joffre actuelle) fut démolie dans les années 1950 et sur cette parcelle, le Crédit Agricole agrandissait par deux fois sa banque.

Vue de l’ancien Crédit Agricole Mutuel

A gauche, emplacement où se trouvait la maison Biechelin

Vers 1900, l’agence postale fut transférée dans la maison du maire, Joseph Schmitt-Stolz, à la « Herrenwegstrasse », actuellement 22, rue de la République. La sœur du maire, Rosalie Schmitt, assurait la permanence aidée par sa mère Thérèse, née Eglin. Après le mariage de Rosalie avec un inspecteur de la poste (François Joseph Biechler) en 1905, c’est sa belle-sœur , Mme Eugénie Schmitt-Albersammer qui prit la relève. Sa belle-sœur, Thérèse Schmitt était en 1910 « Postgehilfe », agent auxiliaire.

Travaux d’aggrandissement de La Poste

Maison Schmitt avec l'Agence Postale en 1970

1919-1940

L’Alsace redevenue française après l’armistice du 11 novembre 1918, l’Agence Postale  (type Alsace-Lorraine) de Waldighofen, évolua toujours dans le même bâtiment et avec la même tenancière. A ce moment il y avait très peu d’abonnés au téléphone. Les établissements Emmanuel Lang et Fils étaient les premiers à être liés au standard vers la fin du 19e siècle et portaient le N 1 « Fernspecher Waldighofen ou N 1 Fernruf » . Par la suite, des commerçants et quelques artisans ont profité de l’évolution, ce qui ramenait à 19 abonnés en 1939.

Vers 1930, la fille aînée de Eugénie, Yvonne Schmitt prit la relève et était titularisée comme chef de l’agence. Avec l’importance de la communication , (standard, courrier, paquets, mandats, aire pour les facteurs), l’agence devenait trop exiguë, un agrandissement au frais de la tenancière s’imposa.

Durant l’occupation allemande, Melle Yvonne Schmitt est arrêtée en 1943 pour acheminement de lettres aidant à l’évasion des incorporés de force. Elle passa durant onze mois successivement au camp de Schirmeck et dans les prisons de Konstanz et  Gotteszell. La population de notre village, très soudée, résistait à l’occupant et personne ne voulait s’installer dans le local.

Le bureau de poste fut transféré dans une partie de la maison, réquisitionnée par l’occupant, du boucher Wermuth (actuellement 14, place Jeanne d’Arc), dont les propriétaires s’étaient évadés en Suisse.

L’ancien facteur des PTT, Victor Vetter, dit « Isidore » et son épouse furent nommés par les autorités.

1945-1971

Après la libération, reprise de l’Agence Postale, 22, rue de la République par Melle Yvonne Schmitt.

La Mairie de Waldighoffen en 1969

Mairie en 1969 avant la construction de la Poste

En 1965, la municipalité a accepté la demande des P&T concernant la construction d’une nouvelle agence postale, bientôt promue "recette distribution". Le nombre de communes desservies passera de 8 à 16. Un 1er avant-projet élaboré par l’architecte communal, M. Schlegel est transmis pour approbation. Retour du dossier avec mention suivante : « En vue du nouveau projet de restructuration des P&T, il faudra prévoir une extension des locaux ». Un nouveau projet fut établi, mais l’emprunt n’a pas pu être réalisé par suite de la pénurie des crédits. En septembre 1969, l’adjudication a eu lieu.

1970-1971

La construction de la nouvelle Poste de Waldighoffen

Travaux d'agrandissement

La nouvelle construction est accolée à droite de la mairie de manière à former un édifice jumelé. L’entreprise de construction locale ; « Knoll-Frischinger » a effectué le gros œuvre.

L’opinion publique a été sensibilisée aux problèmes de la modernisation et d’extension des moyens de télécommunications et l’administration des PTT raccordera de nouveaux abonnés et introduira l’automatisation du réseau. Dans le Haut-Rhin, seul le groupement téléphonique d’Altkirch est encore doté d’une exploitation « manuelle », puisque toutes les communications téléphoniques sont établies  par l’intermédiaire des opératrices d’Altkirch et de Ferrette. Entre temps, les PTT ont implanté, derrière le bâtiment en construction du futur Hôtel de la Poste, l’un des 8 « satellites » abritant les installations techniques de l’automatique intégral du téléphone. Le centre de Waldighoffen est conçu au départ pour 300 abonnées. Notre commune avait 44 abonnés en 1963. La mise en service est prévue pour avril 1971. Les abonnés disposeront d’un appareil muni d’un cadran et leur numéro passera à 6 chiffres.

Le 1er juin 1971, M. Roubertou, receveur et Melle Schmitt ont pris leurs fonctions dans les nouveaux locaux.

Vue de la nouvelle Poste

Mairie et Poste, place Jeanne d'Arc, fin 1971

C’est le 3 octobre 1971, que l’inauguration officielle a lieu. Robert Galley, ministre des PTT a envoyé ce jour un télégramme.

Fin 1971, Melle Yvonne prit la retraite. La famille Schmitt avait assuré durant 3 générations - plus de trois-quarts d’un siècle - la permanence de la poste.

Revenir à "Articles de René MINERY"

Revenir à "Waldighoffen pendant la seconde moitié du 20e siècle"