Personal tools
S'inscrire

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation
Vous êtes ici : Accueil Au fil du temps… Histoire et mémoire Articles de René Minéry dans le bulletin municipal Sobriquet des habitants de Waldighoffen
Accueil Mairie

Mairie - 4 place Jeanne d'Arc

68640 WALDIGHOFFEN

Tel : 03 89 25 80 26 - Fax : 03 89 07 71 26

Horaires d'ouverture de l'accueil

Lundi - Mardi - Jeudi - Vendredi

de 10h00 à 12h00 et de 14h00 à 18h00

Mercredi

de 10h00 à 12h00

Contacter la Mairie par courriel

Adresses et téléphones indispensables

Votre météo



 

Espace de discussion

Actions sur le document

Sobriquet des habitants de Waldighoffen

Les sobriquets et surnoms de villages sont aussi vieux que les hommes qui vivent en communauté. Les habitants de Waldighoffen étaient baptisés…

Les expressions usuelles employées pour désigner les surnoms et railleries des villages et leurs habitants sont : « Dorfname », « Spottname », « Ebername » ou « Spettelname ».

Les railleries réciproques des diverses agglomérations, des peuples et des ethnies se sont maintenues au cours des siècles et nous les Sundgauviens, nous n’avons dans ce domaine, rien à envier.

L’origine des sobriquets est souvent en relation avec la situation géographique, l’environnement naturel, les occupations des habitants, leur mode de vie et leur comportement. Il y a aussi des surnoms allant de désignations ironiques jusqu’aux appellations péjoratives.

Les habitants de WALDIGHOFFEN étaient baptisés « Babbekessel » (chaudron de bouillie)

Waldigheffer-Babbekessel

Il fut une époque où tout le monde ne mangeait pas à sa faim. Le pain et le lait étaient la base de l’alimentation avec quelques légumes. La viande, pour les habitants de notre village, était rare et réservée aux jours de fêtes.

La bouillie de farine de blé, d’orge ou de seigle (Màhlbabbe), aussi nourrissante que le pain, était le repas des pauvres. En général les sobriquets comme « Babbeschlecker », « Babbeleffel », « Dellerschlecker », « Babbeschlinger » ont été attribués à des habitants de villages pauvres.

Ces surnoms ne sont plus usités par les jeunes générations, mais certaines communes ont baptisé leur fête de village où fête de rues : « Schneegansfàscht », « Eselfàscht », « Linsàspalterfàscht » ou encore « Bràmakopffàscht ».

René Minéry

Retourner à "Articles de René MINERY"